Centre Hospitalier du Ternois


Aller au contenu

Menu principal:


don d'organe

Prélèvements et greffes



Comme le don du sang, le recours à un prélèvement d’organe peut permettre de sauver une vie ou d’améliorer l’état de santé d’une autre personne.


Que dit la loi ?

Les trois grands principes de la loi bioéthique de juillet 1994 sont :

  • le consentement
  • la gratuité du don
  • l’anonymat du donneur et du receveur.


Principe du « consentement présumé » : Toute personne est considérée consentante au don d’éléments de son corps après sa mort, en vue d’une greffe, si elle n’a pas manifesté son opposition de son vivant. La loi donne donc la liberté de décider personnellement. En cas de décès, le médecin demandera à la famille si le défunt était opposé ou non au don d’organes.

Gratuité : Le don d’organes est un acte de générosité et de solidarité entièrement gratuit. La loi interdit toute rémunération en contrepartie de ce don

Anonymat : Le nom du donneur ne peut être communiqué au receveur, et réciproquement. La famille peut cependant être informée du résultat des greffes.


Comment exprimer son choix ?

Si vous êtes pour le don d’organes ou de tissus en vue d’une greffe :
- Dites-le à vos proches pour qu’ils puissent en témoigner.
- Portez sur vous une carte de donneur. Celle-ci n’est pas obligatoire mais elle est utile car elle témoigne de votre décision.

Si vous êtes contre le don d’organes ou de tissus en vue d’une greffe :
- Dites-le à vos proches pour qu’ils puissent en témoigner.
- Demandez votre inscription au Registre National des Refus (R.N.R.)

Ce registre est obligatoirement interrogé avant d’envisager un prélèvement. Vous pouvez à tout moment revenir sur votre décision. L’inscription est individuelle et possible dès l’âge de 13 ans. Le formulaire doit obligatoirement être signé par l’intéressé lui-même.







Revenir au contenu | Revenir au menu